«Anne à Payerne»
Huile sur toile de lin, 60x80 cm

Le portrait est au premier plan de ce travail artistique. Une première esquisse peinte précédemment laisse sa marque sur la ligne du portrait. Elle entoure le corps de la fille comme une aura. L’expression sobre du visage fait ressortir la pureté de l’enfance. La bouche consiste seulement en une seule ligne, le nez d’un petit point. Entre les détails du visage, les formes claires du corps, les couleurs du fond, la profondeur et la tension surgissent.

Le jeu de l’existence humaine

La partie supérieure de la robe, avec de larges rayures laiteuses translucides, est parsemée de tons jaunes vifs qui augmentent dans la partie inférieure. Un large col plat, dans lequel le rose et le bleu clair se confondent, recouvre les épaules. Le corps est enrobé d’un bleu foncé qui le sépare du fond rouge. La fille ressemble à un enfant qui ne veut pas être regardé. Ses bras raides à côté de son corps s’adaptent à la large robe. Les paupières rondes et brunes ne sont peintes que d’un trait fin et mince, la couleur jaune-vert du visage rappelle un tissu de lin. Nous avons à faire avec une jeune fille à la mode. Les cheveux blond doré, mêlés au brun foncé, sont plus longs à l’avant qu’à l’arrière.

Une image parlante

Dans cette œuvre, l’enfance cachée se dévoile. Même dans la rigidité du personnage, l’observateur ressent sa propre histoire. Le fond rouge représente sa vivacité.

Le nom du lieu dans le titre vient de l’époque où la peintre a installé son atelier à Avenches, près de Payerne dans le canton de Vaud, et où elle a régulièrement voyagé entre la Suisse allemande et la Suisse romande. L’endroit a été choisi au hasard, l’œuvre d’art aurait tout aussi bien pu s’appeler «Anne à Lausanne».

La peinture à l’huile sur toile mesure 60 cm de haut et 80 cm de large. Elle a un cadre de 5,5 cm de large en bois dur. L’œuvre a été achevée en 2006 et a été rarement exposée.