ANTOINETTE VONLANTHEN
Artiste en arts visuels • Bützbergstrasse 33 • 4900 Langenthal • Tel. +41 62 922 23 45
Headbild Blog
< Startseite Blog < www.an-von.ch

Kategorie: Art visuel online Langenthal

Papillons d’automne

L’automne ferme sa porte sur l’été et ouvre le chemin sur l’hiver, comme une défaite fiévreuse du paysage dans lequel le fourmillement chatoyant du feuillage scintille encore comme de grandes roses dénouées. Les montagnes se dressent imprégnées de couleur rose, éclat provoqué par le soleil. Le ciel bleu reprend la douce verdure comme une offre de printemps lointain. Déjà, le devant de la scène luit au soleil.

 

an-von (Antoinette Vonlanthen)
Titre: Papillons d’automne
Technique: aquarelle sur papier
Format:  18 x 11,5 cm
Prix: frs 200

Sans cadre

Commande par courriel: contact@an-von.ch

 

En automne, les feuilles sont des fleurs

Dans la peinture tout est possible. L’imagination est sans limite, les saisons se mélangent, le vent et la pluie, le jour et la nuit. Les feuilles deviennent fleurs, les fleurs deviennent feuilles. Rose est rouge, jaune est brun. Les arbres lentement se dénudent, les troncs fiers s’élèvent majestueusement vers le ciel, les feuilles de rouille dansent, se laissent entraîner sans tomber. Quand le soleil se lève, les rayons ressemblent à ceux de la tombée de la nuit. C’est ainsi que l’esprit des gens se mêle aux conversations de salon, les dîners d’affaires aux salons d’automne. Les feuilles portent une sorte de tunique de couleur orange-rouge-jaune, les tiges se transforment en escalier pour les coccinelles. Peu de choses sont en lien, finalement. Ce n’est qu’en les composant que nous voyons des ressemblances. Ainsi sommes-nous faits, de tout et de rien, l’automne nous cadre de ses couleurs. Nous ne pouvons que nous taire devant ce silence, fait de profonde et muette sagesse de ses plus légers mouvements.

L’estime

L’individu qui suit la foule se définit à travers le superflu, que ce soit dans la mode, la politique, l’art ou encore dans la langue parlée. Dans ce profil, l’essentiel est visible dans la qualité du trait. Quelques lignes tirées dans un élan décrivent l’histoire, quelle qu’elle soit. Il s’en dégage une figure laborieuse, calme. Bien qu‘ imperceptible devant l’infini, elle ne se sent pas troublée. À toutes les questions qui peuvent sortir de l’ignoré, elle n’a qu’une réponse: je suis une conscience. Ce dessin exprime cette tranquillité complète de ce qu’il y a de plus simple devant ce qu’il y a de plus profond. Le style n’exige aucune admiration, il se fait seul, reste parfois caché, il a d’autant plus de force qu’il est plus renfermé. À notre époque, dans le tumulte d’opinions, dans la violence des partis pris, les colères, les haines et les guerres, l’observateur, s’il est lui-même digne d’estime, retiendra ce profil qui lui ressemble et qui lui est offert comme un don.

K