ANTOINETTE VONLANTHEN
Artiste en arts visuels • Bützbergstrasse 33 • 4900 Langenthal • Tel. +41 62 922 23 45
Headbild Blog
< Startseite Blog < www.an-von.ch

Kategorie: Kunst Langenthal (Bern)

Jouer à la cachette

Cette aquarelle sur papier montre « Partie de cache-cache dans les ruines » 27×35 cm.

Au centre des couleurs grises et beiges, le regard du personnage est confiant, quelques fleurs et feuilles décorent le mur. Un enfant qui se cache rappelle l’innocence, ravive aussi des souvenirs de tout ordre : honte, drames familiaux, guerres, pandémies et pauvreté.

Affronter le thème « jouer à la cachette », signifie faire coïncider le contenu, le langage, la forme et les couleurs. Autour de la figure humaine, l’espace dilaté permet à l’observateur et à l’observatrice de comprendre l’enfant dans son intimité. Cette œuvre pourrait rappeler l’emprisonnement familial, dans lequel le jeu des secrets met à rude épreuve les générations suivantes. Au point de vue pictural, cependant, il n’y aucune intention à mettre en scène une tragédie. L’attachement humain se tient au centre du plan et contribue à souligner l’intégrité du personnage, sans pour autant rien dévoiler de lui. Il est facile d’imaginer ce qui se passe dans sa tête au cas où il devrait servir de figure de projection. Alors que les adultes mettent en avant les règles du jeu en société, eux-mêmes les ignorent sans la moindre hésitation. Une création artistique n’est pas le fruit du hasard, elle facilite le discernement et l’usage des „bonnes pratiques“.

 

Prix de l’œuvre, sans cadre : CHF 500
Création : 9 novembre 2020
Signature originale : Antoinette Vonlanthen
Téléphone : 079 671 37 14

DISCUSSION EN FAMILLE/FAMILIENDISKUSSION

Blog français Art expressif

L’idée pour la création de cette œuvre a germé pendant une représentation théâtrale. Les hauts murs soulignent la présence physique et psychique des personnages qui, debout, sont rassemblés autour de la table. L’observateur perçoit distinctement une dynamique avec laquelle il peut s’identifier. Les trois personnages de droite, corps tournés vers l’escalier, semblent porter un intérêt moindre au message de l’orateur, comme si l’atmosphère suffisait à nourrir l’esprit.

Deux grandes fenêtres s’ouvrent sur un ciel bleu et à gauche, sur une fausse fenêtre d’intérieur. Le cadre met en valeur le format des objets, bien plus encore, il donne envie d’entrer en relation avec la découverte, les secrets, l’innovation. Ce qui rend cette aquarelle vivante, c’est la technique sur papier grain torchon épais de 300g /m², le petit format 23 cm sur 30,5 cm, le thème de l’œuvre, l’économie des couleurs, l’architecture grandiose de la scène ainsi que le portrait des personnages.

Dans cette scène artistique, l’observateur est invité à devenir son propre acteur et d’en tirer des conclusions.

Blog Deutsch Kunstausdruck

Die Idee zur Schaffung dieses Werkes entstand während einer Theateraufführung. Die hohen Wände unterstreichen die physische und psychische Präsenz der Figuren, die stehend am Tisch versammelt sind. Der Beobachter erkennt deutlich eine Dynamik, mit der er sich identifizieren kann. Die drei rechten Figuren, deren Körper der Treppe zugewandt sind, scheinen weniger Interesse an der Botschaft des Redners zu haben, als ob die Atmosphäre den Geist nähren würde.

Zwei große Fenster öffnen sich am blauen Himmel und links auf einem künstlichen Fenster. Der Rahmen hebt das Format der Objekte hervor, mehr noch, er macht Lust auf Entdeckung, Geheimnisse, Innovation. Was das Aquarell spannend macht, ist die Technik auf 300 g/m² Papier, raue Körnung, das kleine Format 23 × 30,5 cm, das Thema, die Farbökonomie, die grandiose Bühnenarchitektur und das Porträt der Figuren.

In dieser künstlerischen Szene ist der Betrachter eingeladen, sein eigener Schauspieler zu werden und daraus Schlussfolgerungen zu ziehen.

Vacances à Saintes-Maries-de-la-Mer

Cette œuvre incarne une scène paisible au bord de la mer en France.
Les quatre personnages dégagent un esprit complice, pur et serein.
Dans le décor sobre et net, leurs mouvements soulignent la spontanéité
et les joies simples de la plage.

Les couleurs du sable, de l’eau et du ciel se distinguent clairement,
comme pour souligner l’essentiel. Les vagues, légèrement remontées,
ainsi que chaque détail, adhèrent à l’immensité de cet espace universel.
L’enfant jouant dans le sable, légèrement à l’écart de la scène, démontre
son autonomie tandis que la mère, le fils et la fille tendent à pousser la
confiance en soi jusqu’au sublime.

Dans cette peinture, la volonté et la liberté individuelle se tiennent au
centre de la scène, comme pour dire que l’évasion est chargée de sens
pour celui qui garde les pieds sur terre. 

Enfants au bord du ruisseau

Entourés uniquement d’eau, d’arbres, de cris d’oiseaux joyeux et de papillons dansant ici et là, les enfants jouent de manière chaleureuse et enthousiaste. Le décor romantique reflète l’atmosphère apaisante de l’été, entre ombres et rayons de soleil. Juste derrière les prés, le ruisseau bleu-vert, calme nappe de soie chatoyante protégée de la nature, coule dans un cadre idyllique, près d’une bordure de terre et de sable. Les traits parcimonieux du visage ainsi que la posture décontractée des enfants rappellent les moments particuliers où ils échappent à la présence des adultes. Les personnages maîtrisent le cours de l’eau, en y posant le bout des pieds et en jouant avec les mains très naturellement.

Cette aquarelle n’est-elle pas l’occasion de réimaginer son propre passé ? L’observateur est libre de puiser dans ses souvenirs ou ses rêves.

Au bord des gentils ruisseaux bucoliques ou au dans les endroits isolés au bord d’un lac, au milieu des plantes et des arbres, l’atmosphère sert à capter la magie momentanée.

Dans la région Suisse alémanique de l’Oberaargau, canton de Berne, où l’artiste réside actuellement, elle y redécouvre les paysages idylliques de son enfance. En été, elle y passait les vacances scolaires et parlait l’allemand avec ses grands-parents.

Le jardin à Elfenau, Berne

Dans cette œuvre, la couleur verte domine. Un léger bleu rappelle le ciel. Le blanc de la table et des chaises place l’objet au centre de la scène.

L’absence de personnage met en relief le décor naturel du jardin, le calme de l’endroit, le romantisme dans lequel est plongé l’individu, à la recherche de sens.

L’observatrice et l’observateur est libre de se projeter dans l’œuvre, avec espoir de trouver la sérénité ou de se laisser bercer par l’atmosphère.