«Voyage à Merzouga, 2020»
Aquarelle sur papier, collé sur papier, sous-verre, avec cadre en bois

Les peintres connus, comme Paul Klee, se distinguaient, par la variété de leurs voyages.  Bien des artistes femmes, dans les années 70, se distinguaient par leur imagination tout en élevant leurs enfants.

Certes, les voyages me faisaient rêver, cela a été possible bien plus tard. Cependant, la réalité financière et l’envie d’être présente auprès de mes enfants, me forçaient à voyager dans la tête. Cette aquarelle est un rappel de cette époque et montre le besoin d’évasion et de travailler en groupe. Elle date de 2020, mesure 29,5 sur 29,5 cm. Elle est composée de quelques formes et de couleurs blanc crème, rose-poudre, gris-bleu, jaune-citron et jaune-moutarde ainsi que bleu-gris.

Le chevalet et le matériel de peinture devant moi, ce moment de paix et d’intuition me rendent heureuse, comme si je me trouvais dans la lumière du sud, je pourrais dire n’importe où. Il est fascinant, lorsque j’expose des paysages d’après mon imagination, comme les spectateurs s’y projettent spontanément : « Je suis allé dernièrement à Merzouga, non loin de la frontière de l’Algérie, je me retrouve entièrement dans cette œuvre où je faisais également de la randonnée ».

Ainsi, tout en faisant du dessin et de la peinture, je m’instruis. Avec enchantement, je crée l’atmosphère et les endroits où ont voyagé les spectateurs. Ma première intention n’est pas de lui offrir un cadeau, mais de lui faire connaître mon univers intérieur. C’est ainsi que les deux options sont possibles : me faire plaisir et faire plaisir aux autres. Une belle expérience pour tous.